Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Plaisirdelaphoto.com

Les « cadenas d’amour » de Paris

24 Septembre 2017, 19:05pm

Publié par Plaisirdelaphoto.com

 

Cadenas d'amour paris france

A la base, un cadenas est un objet constitué par un boîtier et un anneau, associé à un mécanisme de serrure qui permet de boucler une chaîne.  La serrure peut être activée soit par une clef, soit par un système de chiffres.

 

Mais le cadenas a aujourd’hui pris une double dimension symbolique : symbole de sécurité, et symbole d’amour.

 

En informatique par exemple, le symbole du cadenas permet de repérer les pages internet sécurisées, voire de repérer les fichiers protégés au sein de votre ordinateur.

 

La symbolique de l’amour éternel est quant à elle venue de la coutume d’accrocher un cadenas avec deux noms gravés dessus. Sur le pont d’une rivière ou d’un fleuve, … en jetant la clé dans le cours d’eau. Afin que le cadenas reste fermé pour l’éternité.  Signe d’un amour qui se veut éternel … Enfin, cela c’est la théorie …

Cadenas d'amour de Paris - Hybride Lumix GX 8 - ISO 200; 140 mm (290 mm en 24x36); f5,6; 1/400 sec. Photo non retouchée, non recadrée, compressée.

Cadenas d'amour de Paris - Hybride Lumix GX 8 - ISO 200; 140 mm (290 mm en 24x36); f5,6; 1/400 sec. Photo non retouchée, non recadrée, compressée.

En fait, personne ne semble vraiment certain de l’origine de cette pratique, connue aujourd’hui sous le nom de « cadenas d’amour », ou « love paddocks » en anglais.

 

Pour les premiers, le cadenas comme preuve d'amour remonte à la pratique du temps où la ceinture de chasteté préservait les femmes de l'infidélité pendant que leur mari partait en croisade ! Bien que là, conserver la clef par le mari pouvait avoir, en cas de retour, un intérêt certain ...

 

Pour d’autres, c’est à Cologne, en Allemagne, que tout a commencé. Les amoureux accrochant leurs cadenas sur la grille du pont Hohenzollern, et jettant la clef … dans le Rhin.

 

Pour d’autres enfin, cette tradition aurait pris son origine en Hongrie dans les années 1980, où des cadenas ont commencé à être accrochés sur la grille du chemin reliant la mosquée à la cathédrale de la ville de Pecs.

 

Mais c’est réellement en Italie que le cadenas est devenu un véritable symbole  d’amour, les couples accrochant leurs cadenas sur des lieux réputés comme le Ponte Vecchio à Florence ou le Pont Milvius à Rome. 

 

De l’Italie, les canaux d’amour se sont ensuite rapidement étendus dans les pays de l’Europe du Nord, et bien sûr à Paris, notamment sur le Pont de l’Archevêché, le Pont des Arts jusqu’à sa fermeture aux cadenas, et le Pont Neuf maintenant.

adenas d'amour de Paris - Hybride Lumix GX 8 - ISO 200; 140 mm (280 mm en 24x36); f6,3; 1/800 sec. Photo non retouchée, non recadrée, compressée.

adenas d'amour de Paris - Hybride Lumix GX 8 - ISO 200; 140 mm (280 mm en 24x36); f6,3; 1/800 sec. Photo non retouchée, non recadrée, compressée.

Si le mouvement des cadenas d’amour accrochés aux grilles des ponts ne semble pas prêt de s’arrêter, il peut mettre en péril certains monuments historiques, par le poids résultant de l'accumulation des cadenas.

 

C’est le Pont des Arts qui a été submergé le premier par ces "cadenas d'amour". Le monument historique ne pouvait plus supporter ces 50 tonnes de surplus. La mairie de Paris a alors pris la décision retirer les cadenas et de remplacer les grilles par des panneaux de plexigas. Mesure terriblement efficace. 

 

Le pont Neuf a alors succédé aux Pont des Arts pour les amoureux inconditionnels du « love Paddocks ». Les grilles qui entourent la statue équestre d’Henri IV sur le terre-plein central qui mène au square du Vert Galant en sont recouvertes. 

 

Mais désormais, une nouvelle tendance semble se faire jour : l’accrochage de cadenas sur des moments historiques. Voire un peu partout dans Paris ...

adenas d'amour de Paris - Hybride Lumix GX 8 - ISO 200; 100 mm (200 mm en 24x36); f5; 1/800 sec. Photo non retouchée, non recadrée, compressée.

adenas d'amour de Paris - Hybride Lumix GX 8 - ISO 200; 100 mm (200 mm en 24x36); f5; 1/800 sec. Photo non retouchée, non recadrée, compressée.

Je dois bien avouer que, si en dehors du danger représenté par leur poids, je trouvais la démarche « des canaux d’amour » sur les ponts plutôt sympathique, je ne suis absolument pas fan (et c’est le moins que l’on puisse dire), de celle qui consiste à les accrocher sur des symboles de Paris, voire un  peu partout.

 

Vous retrouverez sur ce blog mes autres photos préférées dans ma page "Cadenas d'amour de Paris".

 

A bientôt,

et faites-vous plaisir avec de très belles photos !

 

 

Pour être prévenu à chaque nouvel article, abonnez-vous à la newsletter en cliquant sur le bouton "S'inscrire à la newsletter" ci-dessous.

Commenter cet article